Qu’est-ce qui a tué Harry Houdini ?

houdini

Le maître de l’évasion Harry Houdini est mort le jour de l’Halloween 1926 des suites d’une rupture de l’appendice. Mais de nombreuses circonstances entourant sa mort restent mystérieuses à ce jour.

Harry Houdini avec sa mère Cecilia et sa femme Bess, on peut lire : " Mes deux amours "
Harry Houdini avec sa mère Cecilia et sa femme Bess, on peut lire :  » Mes deux amours « 

Pendant plus de 30 ans, Harry Houdini a ébloui le public avec ses cascades de bravoure et son endurance surhumaine. Cet artiste de l’évasion d’origine hongroise sautait des ponts alors qu’il était menotté et portait des fers aux pieds. Il se glissait hors de bidons de lait scellés remplis d’eau et concevait une « cellule de torture aquatique chinoise » dans laquelle il était immergé et suspendu par les chevilles, la tête en bas. Ces escapades à couper le souffle impliquaient généralement une bonne dose d’astuces et de tours de passe-passe. Mais elles comportaient également des risques réels. En 1915, Houdini a failli suffoquer lors d’une cascade au cours de laquelle il a été enchaîné et enterré sous deux mètres de terre. Il fait parti des magiciens les plus célèbres.

chaines et cadenas pour évasion

Houdini a fait carrière en survivant à l’impossible. Ce qui rend les circonstances de sa mort en 1926 d’autant plus mystérieuses. L’homme de 52 ans s’est produit devant une salle comble à Détroit le 24 octobre, mais il a ensuite été transporté d’urgence à l’hôpital pour une appendicite apparente. Il meurt une semaine plus tard, le jour d’Halloween, laissant ses légions d’admirateurs perplexes. Une notice nécrologique parue dans le New York Times se dit choquée par la disparition soudaine de l’homme « qui, si souvent, avait semblé aux milliers de personnes qui l’avaient vu, tromper les mâchoires de la mort ».

L’étrange série d’événements qui a conduit à la mort de Houdini a commencé quelques semaines plus tôt, le 11 octobre 1926. Alors qu’il était enchaîné dans sa cellule de torture d’eau chinoise lors d’une représentation à Albany, dans l’État de New York, le magicien a été frappé à la jambe par une pièce d’équipement défectueuse. Il boitille jusqu’à la fin du spectacle, mais on découvre plus tard qu’il s’est fracturé la cheville gauche.

Contre l’avis des médecins, Houdini poursuit sa tournée et se rend à Montréal. De là, il donne une conférence à l’Université McGill. Quelques jours plus tard, le 22 octobre, il invite des étudiants de McGill à lui rendre visite dans sa loge au Princess Theater. La cheville douloureuse du magicien le gênant toujours, il s’installe sur un canapé pendant que le groupe discute. À un moment donné, un étudiant du nom de J. Gordon Whitehead est arrivé et a demandé à Houdini s’il était vrai qu’il pouvait résister à de violents coups de poing à l’abdomen. Une affirmation que le magicien aurait faite en public. Selon le témoin Sam Smilovitz, lorsque Houdini a répondu que les rumeurs étaient vraies, Whitehead a brusquement donné « quatre ou cinq coups terriblement forcés, délibérés et bien dirigés » à son estomac. Houdini était toujours allongé sur le canapé et n’a pas eu le temps de se préparer aux coups de poing,. Lesquels ont semblé le laisser dans une douleur considérable.


Houdini a ignoré l’incident sur le moment. Mais le soir même, il a commencé à se plaindre de malaises et de crampes d’estomac. Son état n’a fait qu’empirer le lendemain, lorsqu’il est monté dans un train de nuit à destination de Détroit. Endroit ou il devait faire une nouvelle série de représentations. Le magicien a ressenti de fortes douleurs abdominales, des sueurs froides et de la fatigue, et sa température est montée jusqu’à 40 degrés. Un médecin soupçonne une appendicite et demande à Houdini de se rendre à l’hôpital. Mais le magicien insiste pour monter sur scène pour son spectacle d’ouverture au Garrick Theater. Il se débat dans son numéro avant de s’effondrer immédiatement après le rideau final.

Ce spectacle sera le dernier d’Houdini. La même nuit, il est emmené dans un hôpital de Detroit et préparé pour une opération. Les médecins réussissent à lui retirer l’appendice, qui s’était rompu plusieurs jours auparavant, mais qui avait déjà empoisonné ses entrailles. Malgré un pronostic sombre, le magicien s’accroche à la vie jusqu’au 31 octobre. Date à laquelle il meurt avec sa femme Bess et ses deux frères à ses côtés.

La cause officielle de la mort de Houdini est une péritonite causée par une rupture de l’appendice. À l’époque, les médecins du magicien croyaient fermement que la maladie était le résultat des coups de poings que lui avait infligée J. Gordon Whitehead lors de leur rencontre dans les coulisses à Montréal. De tels cas « d’appendicite traumatique » sont extraordinairement rares. Une étude n’a trouvé que quelques dizaines de cas sur une période de près de 20 ans. Mais en 1926, le diagnostic était largement accepté. La compagnie d’assurance-vie de Houdini a même été contrainte de verser à sa femme une double indemnité pour une mort accidentelle.

tombe de l'artiste
Tombe d’Houdini – Cimetière de Machpelah – New-York

Houdini a été enterré dans le Queens le 4 novembre 1926. Mais les rumeurs sur sa mort inhabituelle ont persisté depuis. De nombreuses théories tendent à se concentrer sur la relation controversée du magicien avec le spiritisme. En effet les adeptes prétendaient qu’il était possible de communiquer avec les morts par le biais de séances et de médiums. Sceptique de naissance, Houdini a passé une grande partie des années 1920 à démystifier les affirmations des spirites et à dénoncer leurs meilleurs médiums comme des escrocs. Cette croisade lui a valu plusieurs millions de dollars de procès et plus d’un ennemi. Mais au moment de sa mort, il ne montrait aucun signe de relâchement. Quelques mois plus tôt, il avait témoigné devant le Congrès en faveur d’un projet de loi visant à interdire la divination à Washington.

L’ingérence de Houdini aurait-elle pu le faire tuer ? Dans leur biographie de 2006 intitulée « The Secret Life of Houdini », les auteurs William Kalush et Larry Sloman affirment que la mort du magicien pourrait avoir été un assassinat. Lequel a été soigneusement planifié par des membres de la communauté spirite. « Si l’on devait soupçonner Houdini d’avoir été victime d’un acte criminel », écrivent-ils, « alors la section du crime organisé composée de médiums spirituels frauduleux doit être considérée comme des suspects probables. » Kalush et Sloman soutiennent que les spirites avaient l’habitude d’empoisonner leurs ennemis. Et ils notent qu’aucune autopsie n’a jamais été pratiquée pour confirmer que la mort d’Houdini était en fait causée par une appendicite. « Si quelqu’un était déterminé à empoisonner Houdini, cela n’aurait pas été très difficile », concluent-ils.

Affiches spectacles de Houdini
Affiches spectacles de Houdini

Un débat considérable a également porté sur J. Gordon Whitehead, l’étudiant de McGill qui aurait donné les coups de poing potentiellement mortels dans la loge d’Houdini à Montréal. Dans son livre de 2005 intitulé « The Man Who Killed Houdini », l’auteur Don Bell a avancé une théorie selon laquelle Whitehead aurait été de mèche avec les spirites. Dont certains avaient déjà menacé de tuer Houdini ou de le faire battre. Bell a conclu qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour relier Whitehead à un quelconque complot criminel. Mais d’autres ont soutenu qu’il était un agent ennemi qui a traqué Houdini pendant le séjour du magicien à Montréal.

La véritable cause de la mort d’Houdini ne sera peut-être jamais connue avec certitude. Mais la majorité des spécialistes ont tendance à rejeter les théories du meurtre comme de simples spéculations. Pour eux, la question la plus pressante est de savoir si la rupture de l’appendice d’Houdini avait un lien quelconque avec les coups à l’estomac qu’il avait reçus quelques jours auparavant. Bien que les preuves montrent qu’un tel état est effectivement possible, beaucoup considèrent qu’il est plus probable que les coups de poing de Whitehead aient simplement poussé Houdini à ignorer un cas d’appendicite déjà existant. Lorsque le magicien a finalement cherché à se faire soigner, selon la théorie, il était déjà trop tard.

Il est intéressant de noter que la source la plus recherchée pour obtenir des informations sur la mort de Houdini n’est autre que Houdini lui-même. Dans ce qui constituait son test ultime des affirmations des spirites, le magicien a promis à sa femme Bess qu’il essaierait de communiquer avec elle depuis l’au-delà. Bess a ensuite organisé une « séance Houdini » annuelle pendant dix ans, avant d’abandonner définitivement les recherches en 1936. Les fans et les collègues magiciens ont depuis fait de cette séance une tradition d’Halloween. Mais jusqu’à présent, le fantôme du grand Houdini a refusé de parler.